Parade des Yachts classiques, courses de yoles, musique, la Martinique fête la mer et ses marins

Les voiliers de la Panerai Classique Yachts à Fort de France - Photo A.Cassim

Les voiliers de la Panerai Classique Yachts à Fort de France – Photo A.Cassim

Desiderata, le dernier voilier de la Panerai Transat Classique  a franchi la ligne d’arrivée à Fort-de-France le 24 janvier à 22h58 heure locale.
Son temps de course en temps réel est de 17 j 12h 47′ 00″ // Temps compensé 16 j 19h 59′ 38″.
Le dernier en temps réel certes, mais qu’importe, l’essentiel est de voir ce plan Alden taillé pour la haute mer rejoindre sans encombre ses camarades de course. Une fois de plus, comme lors des éditions précédentes, tous les yachts classiques engagés dans cette course magnifique sont bien amarrés dans la capitale martiniquaise, dans un état impeccable. Aucun incident corporel, aucun dégât majeur n’est à déplorer, démonstration en conditions réelles de la capacité de tous ces voiliers, plus que nonagénaire pour le plus ancien, à traverser un océan grâce à une préparation minutieuse et au formidable sens marin de tous les capitaines, skippers, navigateurs et équipiers.

Ce dimanche 25 janvier

Une grande parade dans la baie de Fort-de-France réunira les yachts classiques de la Panerai Transat Classique 2015 et les yoles rondes de la Martinique pour une fête nautique exceptionnelle dans l’une des plus belles baies du monde.

L’occasion de découvrir l’élégance des grandes goélettes auriques Adventuress et Altair, véritables cathédrales de toile et « vieilles Dames » nées en 1924 et 1931 sous le crayon de l’architecte écossais William Fife III ;
de s’extasier devant la performance accomplie par les plus petites unités de la flotte, Corto, « bête » de course construite en 1970, Gweneven, l’une des créations du génial architecte américain Olin Stephens, et Vagabundo II, merveille d’élégance née en 1945 ;
d’apprécier la puissance des grands bateaux hauturiers, Amazon, autre plan Stephens et son gréement de yawl, et Faïaoahé, Esprit de Tradition, en route pour aller découvrir le Pacifique ;
de se laisser porter par le caractère intemporel d’Argyll, délicat yawl aux lignes équilibrées construit en 1948, et The Blue Peter, sloup racé et œuvre d’un autre architecte écossais, Alfred Mylne.

Après 2 800 milles de course depuis les Canaries, ces bateaux d’exception, témoignages de l’histoire du yachting, enchanteront le public, sur mer ou depuis la terre, lors d’un parcours à proximité des rivages.

Avec les deux courses de yoles rondes de la Martinique, une le matin et l’autre l’après-midi, cette journée de dimanche est une ode à la mer et aux marins.

Yoles rondes - photo A.Cassim

Yoles rondes – photo A.Cassim

En musique
Des groupes locaux animeront le malecon, le groupe de carnaval Pom pom C Charm, Groupe de danse Bélé, Grands Ballets de la Martinique et le concert live du célèbre La Perfecta !
Que la fête commence !!!

 

A noter que lundi des enfants du Yacht Club de la Martinique auront aussi l’opportunité d’embarquer sur ces joyaux, une chance que partageront, lundi, des écoliers martiniquais.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire