Partira ? partira pas? seule la météo décidera du départ des voiliers de la Barquera

La Barquera, 25e du nom, s’élancera-t-elle ce samedi après-midi de Douarnenez, à l’assaut du golfe de Gascogne et à destination de Gijón, quelque 300 milles plus au sud ? Telle est la question qui se posait, ce vendredi 1er mai, à vingt-quatre heures du départ initialement prévu de cette course-croisière traditionnellement ouverte aux marins amateurs et néanmoins aguerris de la façade atlantique.

gal-2623683

Une interrogation communiquée au briefing des dix-huit skippers engagés, dans l’après-midi, par le directeur de course François Séruzier et le météorologue Jean-Jacques Quéré, sur la foi des prévisions météo il est vrai peu engageantes de ces prochains jours.

Pour faire simple, si départ il y a ce week-end, celui-ci ne pourrait guère être donné que samedi à 16 h, mais dans des conditions de navigation d’entrée éprouvantes pour les bateaux et leurs équipages (25 à 30 nœuds de vent de sud-ouest, avec une forte houle) ou dimanche à 8 h du matin… avec la perspective d’une arrivée plus musclée encore sur les côtes espagnoles lundi après-midi (plus de 30 nœuds de vent de sud virant au nord-ouest dans la nuit, avec des rafales à 40 et dans une mer hachée).

Le niveau sportif de cette 25e édition a beau se révéler particulièrement relevé, la direction de course ne prendra pas le risque d’envoyer la flotte au casse-pipe. Il se donne néanmoins le temps de la réflexion, ou plutôt de l’étude des tout derniers fichiers météo, avant de rendre sa décision, ce samedi midi, à l’occasion d’un nouveau briefing des skippers.

La tentation de rallier l’escale toujours festive à Gijón est grande, mais la Barquera ne veut pas entacher sa réputation de « course au plaisir » en infligeant en mer le supplice à ses engagés. Question de sens marin… Réponse demain.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire