Passion la marcophilie navale

Depuis plus de 6 ans Jean-Michel Bergougniou, breton du Finistère, suit régulièrement les salons du livre de Concarneau.

L’homme à la barbe grise, appareil photos en bandoulière, panama sur la tête, piste les écrivains, et plus qu’un travail s’amuse sur son ordinateur à raconter l’ambiance du Festival Livre & Mer où le documentaliste avait exposé il y a quelques années sa collection de planches originales de la bande dessinée Tramp.

MARCOPHILE-J-M-Bergougniou @A.CassimHomme aux multiples passions, les voyages occupent une grande partie de son temps.

Il est très fier quand il parle de son dernier voyage sur la Jeanne d’Arc sur lequel il a embarqué lors de la dernière mission du porte –hélicoptères- qui l’a mené de Callao, port de Lima, passage de Panama, à Carthagène en Colombie.

Avec une épouse qui s’intéresse à la généalogie, le couple n’hésite pas à s’offrir de belles destinations quand l’occasion se présente.
Mais la marcophilie navale est la grande passion de Jean-Michel Bergougniou .

Cette activité consistant à collectionner les enveloppes portant les cachets de mission des bateaux de la Marine nationale.

Pour preuve Jean-Michel sort de son sac son précieux carnet de feuilles artisanales où sont réunies des dizaines de cachets, dont les derniers de ce passage sur la Jeanne.

A la question combien de cachets aujourd’hui  » Oh la la , 4 à 5000 enveloppes ! »

C’est à Lomé où travaillait Jean-Michel, en tant que conseiller technique du Ministère du Développement Rural pour des actions agricoles dans le du milieu rural autour du café, du cacao, et des cultures vivrières, qu’est née cet intérêt pour la marcophilie navale.

Les contacts avec les hommes de la marine nationales à qui il servait de guide pour la visite du pays, l’ont emmené à découvrir ces fameux cachets de mission des bâtiments de passage.

Cela a été depuis 1983 une longue, curieuse et assidue chasse pour cette superbe collection.

A chaque cachet le nom du bateau, le nom et les dates de la mission.
Et sur l’enveloppe le timbre du pays.

Depuis une douzaine d’années le marcophiliste adhère à une association qui réunit des membres en France, mais aussi en Belgique, en Allemagne et aux Etats-Unis.
L’Association Marcopjhilie navale compte aujourd’hui environ 350 personnes de ces doux dingues de l’enveloppe maritime.

www.envelopmer.blogspot.com

 

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    2 réponses à Passion la marcophilie navale

    1. Ping : Passion la marcophilie navale | Sea bleue « Philatélie et Collections du Jacquemard

    2. Van Craenenbroeck Christian dit :

      Bonjour Monsieur

      Vous voyez je suis un philatéliste en thématique et je suis entrain de réaliser un ouvrage sur l’emploi des précurseurs en thématique et je recherche de la documentation marque ou plis sur les pontons (sorte de prison flottante dans les ports de 1792 à 1850) soit sur les prêtres réfractaires durant la période révolutionnaire, de soldats emprisonnés à la défaite de Trafalgar et durant les campagnes napoléoniennes et durant l’insurrection de 1848 où 4348 prisonniers y furent conduits. Je me pose la question, y avait-il des marques spéciales sur les plis de détenus ou sur des plis pour détenus ou sur plis administratifs.
      Pourriez vous m’aider dans mes recherches ou me mettre éventuellement en contact avec une personne pour m’aider dans mes recherches
      Je vous remercie pour mes recherches et recevez Monsieur, mes salutations les plus distinguées

    Laisser un commentaire