Paul Meilhat vainqueur de la Route du Rhum 2018 en IMOCA

Paul Meilhat, skipper de l Imoca SMA vainqueur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2018 – Pointe a Pitre le 17/11/2018 Photo A.Courcoux

 

Paul Meilhat (SMA) a remporté la Route du Rhum en catégorie Imoca, vendredi soir, en coupant la ligne d’arrivée à 01h23’18 » (heure française). A 36 ans, il succède à François Gabart, vainqueur il y a quatre ans sur le même bateau.

S’il fut le deuxième à couper la ligne d’arrivée vendredi, après 12 jours 11 heures 23 minutes et 18 secondes de course, Alex Thomson en ayant terminé ce matin après 11 jours, 23 heures, 10 minutes et 58 secondes, Paul Meilhat est néanmoins déclaré vainqueur.

La nuit dernière, Alex Thomson s’est échoué sur la côte nord de la Guadeloupe et a été contraint de redémarrer son moteur thermique pour s’arracher à cette situation et libérer son bateau. Redémarrer le moteur durant la course étant interdit, le skipper de Hugo Boss a écopé d’une pénalité de 24 heures, une sanction décidée par un jury international.

Deuxième quasiment d’un bout à l’autre de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe courue dans des conditions particulièrement dures et éprouvantes, le skipper SMA a notamment tenu à distance l’Imoca équipé de foils de Yann Eliès, qui devrait terminer deuxième de la Route du Rhum dans la catégorie des monocoques du Vendée Globe.

Après plusieurs victoires en double, avec Michel Desjoyeaux ou Gwénolé Gahinet, Paul Meilhat signe sa première grande victoire en solitaire. Il rejoint au palmarès du classement Imoca Ellen MacArthur (2002), Roland Jourdain (2006, 2010), et François Gabart (2014).

Equipé de dérives droites, l’Imoca SMA est le premier monocoque de 60 pieds double vainqueur de la Route du Rhum.

Paul Meilhat, skipper de l Imoca SMA vainqueur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2018 – Pointe a Pitre le 17/11/2018 Photo A.Courcoux

Vainqueur de la Route du Rhum vendredi soir, Paul Meilhat ne mesurait pas la portée de son exploit à bord de SMA. Alors, ce sont les émotions qui l’ont emporté. Le bonheur de voir ses proches heureux, le plaisir de récompenser quatre années d’efforts de toute une équipe, et le soulagement de savoir en bonne santé Alex Thomson, dont il est ‘fan’.

Paul, qu’est-ce qui prend le dessus à l’instant à votre arrivée sur le ponton ? 
Paul Meilhat : «
 On est allé au bout de l’épuisement. J’ai envie de voir la tête des autres, aussi, parce qu’on a tous donné, surtout au cours des cinq derniers jours. Ces premiers instants de victoire me rappellent ces quatre années à bosser comme un dingue sur ce bateau et d’arriver à une espèce de communion, où tout se passe bien, tout glisse. C’est assez agréable… L’émotion domine, mais je ne réalise pas encore. Je vois juste plein de gens qui sont heureux et c’est hyper agréable. Ça fait 12 jours que je n’ai vu personne, et ça fait du bien de vous voir !

Qu’est-ce que ça fait de gagner la Route du Rhum ? 
Paul Meilhat : « Je n’ai pas encore trop réfléchi, mais c’est ma première victoire sur une grande course en solitaire, c’est super. Il y a eu de petites courses, de grandes courses en double, et en gagner une si grande, sur ce bateau, ça me ramène surtout à tout le boulot d’équipe qui a été fait sur ce bateau. Le travail, ça paie, c’est ce que je retiens. Et je me sentais capable de faire une belle course.

Votre victoire est aussi liée à l’échouement d’Alex Thomson la nuit dernière, et à ses 24 heures de pénalité. Comment avez-vous appris ce qu’il se passait ? 
Paul Meilhat : «
 Quand j’ai ouvert le classement, j’ai bien vu qu’il y avait un problème et, du coup, ça m’a refroidi. Je pense que ça a refroidi Yann aussi, parce qu’on attaquait comme des furieux. On va aller boire une bière ensemble. Alex s’en sort bien, au final. 100 mètres à droite ou à gauche, ce n’était plus la même histoire… On se met dans des états de fatigue qui font qu’on est tous capable de faire des erreurs qui coûtent cher. Il a fait une course incroyable par ses options, la capacité qu’il a à faire naviguer son bateau à des vitesses folles, et par son style.

Qu’allez-vous lui dire quand vous le verrez ? 
Paul Meilhat : « Alex est comme il est, et je suis un grand fan. Je vais d’abord lui dire que je suis content qu’il soit là, qu’il aurait fait un beau premier, et qu’il fera un beau premier sur une autre course. Je ne suis pas inquiet pour lui, avec le talent qu’il a. Ce qu’il faut, c’est se souvenir de ce qu’il a fait sur la course, se rendre compte de l’homme qu’il est. C’est ça qui est beau, c’est lui le personnage extraordinaire, qu’il ait gagné la Route du Rhum ou pas, ça ne change rien. C’est un mec top.

Votre état d’esprit a changé quand vous avez compris que vous alliez jouer pour la victoire ?
Paul Meilhat : «
 Jouer le podium et jouer la gagne, ce n’était pas tout à fait pareil, la pression est montée. Ça m’a bien boosté en débit de journée. Puis, au début du tour de l’Île, je n’ai pas pris les choses dans le bon sens. Il a fallu que je me calme, que j’oublie l’enjeu et que je pense à bien naviguer. Puis, comme les autres, je suis tombé dans le dévent de la Guadeloupe, mais comme tout le monde s’y arrête… Celui qui a inventé la Route du Rhum et a pensé à nous faire passer là, c’est qu’il n’avait pas fait la course 

Vous avez le sentiment d’avoir fait la course parfaite ? 
Paul Meilhat : « Je pense que la course parfaite n’existe pas, mais je suis content parce que j’ai réussi à tenir les routages je n’ai pas fait de grosses erreurs mais, à la fin de ce cycle de quatre années, je réalise que j’ai beaucoup appris sur le bateau, sur la façon de naviguer, sur moi… Je me sentais vraiment bien sur cette course.

Quelle serait, pour vous, l’année parfaite pour 2019 ? 
Paul Meilhat : «
 Ce serait de continuer à progresser dans mon objectif : être au départ du Vendée Globe 2020. Et pour y être dans de bonnes conditions, il faudrait que je passe l’année à développer le projet. Je suis ouvert à toute proposition. On peut encore ouvrir un bateau neuf, modifier celui-ci est tout à fait possible…

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.