Perturbations sociales dans les raffineries et ports en France

10 raffineries sur 12 en France sont touchées par le mouvement de grève qui devrait se poursuivre à l’appel de la CGT.

Selon Total, pour le moment il n’y aurait pas de problème d’approvisionnement – 6 de ses raffineries sont en cours d’arrêt.
A Donges (Loire Atlantique) la grève est reconduite jusqu’à lundi, et 3 des raffineries qui sont situées dans le sud de la France autour de l’Etang deBerre ont fonctionné au ralenti en raison du blocage des terminaux.

Cette grève a aussi été reconduite à  Pétroplus près de Rouen.
Les 3 terminaux méthaniers sont encore en grève, ainsi que les terminaux pétroliers de la Compagnie industrielle et maritime du Havre.de stock d’essence et de gazole en illimité car livré en importation. »

Navires en rade à Marseille photo GTDu côté de la Méditerranée le port de Marseille-Fos tourne au ralenti.
Les terminaux pétroliers de Fos et Lavéra sont à 18 jours de grève, et le port de Marseille tourne toujours au ralenti.
55 navires sont encore en rade de Marseille et Fos.
Sur les terminaux de marchandises, l’exploitation a repris à Fos mais elle reste perturbée à Marseille du fait de la grève des agents du port qui suivent toujours le mouvement CGT.

La grève touchent aussi les bateaux de croisière qui restent en rade au large de Marseille et qui débarquent leurs passagers croisiéristes par un système de navette.
Armateurs de France et TLF (Fédération des entreprises de Transport et Logistique de France ) regrettent cet état de fait à travers ce communiqué :

Armateurs de France et TLF souhaitent exprimer leur incompréhension face à la situation actuelle dans les ports français, compte tenu des nombreuses avancées et accords obtenus en particulier en termes de garanties sociales et déplorent la très mauvaise image de marque donnée par ces mouvements, y compris dans le secteur traditionnellement épargné des navires à passagers.
Ils craignent des conséquences économiques graves à court terme, en particulier dans la période difficile que nous traversons et, à moyen terme, pour l’avenir des ports français et des entreprises qui en dépendent.
Ils rappellent l’attachement des professionnels du transport et de la logistique à la réforme portuaire engagée depuis 2008 par le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique BUSSEREAU.
Cette réforme est indispensable pour inscrire les ports français dans la compétition européenne et devenir des courroies de transmission fiables entre la croissance mondiale et l’économie française. Il est urgent qu’elle aboutisse.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire