Petit temps entre la Nouvelle Calédonie et la Nouvelle-Zélande, pour les Bateaux de la Volvo Ocean Race

Au 16ème jour de cette quatrième étape entre Sanya – Auckland, le petit temps qui règne au large d’Auckland pourrait créer une compression de la flotte.
Si Groupama 4 a pu conforter son leadership ces dernières 24 heures, la situation météorologique entre la Nouvelle Calédonie et la Nouvelle-Zélande laisse une part d’incertitude.
L’arrivée est envisagée entre vendredi midi et samedi soir, heure française.

Mais en attendant ce sera régime sec à bord de Groupama 4.
La cambuse va être vide quand Franck Cammas et ses hommes franchiront la ligne d’arrivée à Auckland.
Cette quatrième étape a été plus longue que prévue, et l’intendant du bord avait prévu dix-huit jours de mer !
Dès vendredi matin, l’équipage va donc devoir s’alimenter avec les restes, alors que le petit temps néo-zélandais pourrait encore rallonger le temps de course. Côté hiérarchie, il y a désormais moins d’incertitude : les deux trios ont convergé au niveau de la Nouvelle-Calédonie et bénéficient quasiment des mêmes conditions de navigation, dans un régime d’Est entre 15 et 20 nœuds.

© Yann Riou - Groupama sailing team - Volvo Ocean Race

Groupama 4 a choisi de bien déborder l’île d’Outre-Mer en passant à 150 milles dans l’Ouest de Nouméa, afin de ne pas être gêné par les hauts reliefs canaques.

Par là même, les routes se sont regroupées avec un écart latéral entre les trois « orientaux (Groupama 4, Puma, Abu Dhabi) et les trois « occidentaux » (Telefonica, Camper, Sanya) qui s’est réduit de 250 à une centaine de milles.

Or la formation d’une dépression peu marquée au Nord de l’île kiwi ne laisse pas d’ouverture stratégique pour les derniers 1 000 milles à parcourir.
Toute la flotte va devoir éviter les calmes qui vont régner dès ce mercredi sur la route directe et les navigateurs n’ont d’autre choix que de prendre du Sud pendant 500 milles avant d’espérer faire cap sur la pointe Nord de la Nouvelle-Zélande.

D’après les fichiers météo, le leader français va encore augmenter son avance les prochaines 24 heures sur les Américains et les Espagnols, quasiment à la même latitude (avec Puma 80 milles plus à l’Est).

La fin d’étape est donc très importante pour ces deux teams qui peuvent encore mettre en ballotage Groupama 4 sur cette descente le long des côtes néo-zélandaises où les petits airs seront prédominants. Il est même possible que les équipages doivent louvoyer dans des brises thermiques…

La journée de jeudi s’annonce déterminante pour le classement à Auckland. Groupama 4 a les bonnes cartes en main mais le vent peut encore redistribuer les atouts.

www.volvooceanrace.com
www.cammas-groupama.com

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire