Pilotes et skippers en échange de sensations !!

Séquence sensations pour le skipper Actual cette semaine à l’occasion d’un échange entre pilotes automobiles et coureurs au large… Dans le cadre de l’opération « Le Mans passion share », le Groupe Actual a invité trois autres skippers et quatre pilotes automobiles à échanger leurs engins de courses respectifs. L’opération s’est déroulée sur le circuit des 24h du Mans puis à bord de l’Ultime Actual. Explications.

MOTORSPORT : EXPERIENCE LE MANS PASSION SHARE #1 - LE MANS - 12/14-15/2015 GROUP PICTURE

MOTORSPORT : EXPERIENCE LE MANS PASSION SHARE #1 – LE MANS – 12/14-15/2015 GROUP PICTURE


Mardi, au Mans, Yves Le Blevec, Thomas Coville, Alain Gautier et Jean Le Cam ont réalisé des chronos, au volant de bolides, sur le circuit des 24h du Mans.

Dans le cadre de l’opération « Le Mans passion share », mise en place par l’Automobile Club de l’Ouest, société organisatrice des 24h du Mans, avec la collaboration du Groupe Actual, des binômes skipper/pilote ont été formés pour participer à un chrono sur 4 roues puis à des « runs » en mer…

Binômes skippers/pilotes

Ainsi, Yves Le Blevec a fait équipe avec le pilote Romain Dumas, Thomas Coville avec Paul-Loup Chatin, Alain Gautier avec Emmanuel Collard et Jean Le Cam avec Julien Canal.

Comme pour une épreuve de course au large, tout a débuté, au bord du circuit, par un briefing sécurité. Les visages des quatre skippers étaient concentrés, voire graves. Les consignes étant à la hauteur des risques encourus à bord de ces prototypes.

Relais chronométrés

Les skippers ont d’abord découvert le circuit en copilote puis, équipés de pied en cap, ils ont pris le volant de ces voitures de course, des prototypes Pescarolo… À l’issue de cette mise en jambe, les choses sérieuses ont commencé : un relais pilote/skipper chronométré. Le binôme Alain Gautier/Emmanuel Collard l’a emporté devant le duo Coville/Chatin. Yves Le Blevec et Romain Dumas sont troisièmes devant la paire Jean Le Cam/Julien Canal.

Yves Le Blevec, skipper Actual : « Ca a été une expérience vraiment très forte ! Ces voitures n’ont rien à voir avec ce que l’on connaît. C’est très impressionnant, il faut quelques tours avant de commencer à appréhender ce que la voiture a dans le ventre… et, dès que l’on commence à se sentir un peu en confiance, la faute (et le tête-à-queue qui s’en suit) arrive vite ! Il y a énormément de travail avant d’arriver à maîtriser de tels engins. Et puis, rouler sur un circuit aussi mythique que celui des 24h du Mans est une chance énorme. »

Runs pour le fun

Le Mans Passion Share © Th.MartinezLe lendemain, cap à l’ouest pour tout le monde ! Ce fut au tour des pilotes de se faire briefer et équiper des pieds à la tête avant d’embarquer à bord de l’Ultime Actual. Là, encadrés par Yves Le Blevec et Jean Le Cam, les quatre virtuoses de la piste goudronnée ont pu s’essayer à leur engin de course du jour : barre à roue et trois coques en lieu et place de leur volant et quatre roues habituelles.

Romain Dumas, pilote : « ça a été une journée magique ! En tant que sportif, j’adore comprendre tout de la vitesse, et je me suis rendu compte que nous avons beaucoup de points communs avec les skippers : la technologie, le carbone, la recherche permanente de gain de poids et de performance…  Comme nous avec nos réglages d’ailerons, ils réglent au mieux leurs voiles, et ainsi de suite. »

Précision, maîtrise et brin de folie en commun

Cette expérience unique a permis de réunir deux univers finalement assez proches. IL en effet pas rare de croiser des skippers sur des circuits automobiles, à l’instar notamment d’Alain Gautier qui a déjà participé aux 24h du Mans ou de Franck Cammas. Et Yves Le Blevec semble avoir attrapé le virus de la piste…

La priorité à la sécurité, la précision, le travail, la maîtrise, mais aussi l’audace et un brin de folie : skippers et pilotes ont de nombreux points communs.

Yves Le Blevec : « Ces deux journées ont été vraiment très agréables. Au delà de la découverte de cette discipline il y a eu des échanges très sympathiques avec les pilotes. Dans les deux cas, c’est une histoire de compétiteurs. Conduire ces voitures de course n’a de sens que si on va chercher la performance. Et, comme à la barre d’un bateau, il faut appréhender une multitude d’informations pour donner de la cohérence à son pilotage. En mer, on a l’assiette du bateau, les bruits de la coque, les instruments de navigations, les sensations. En voiture on dispose aussi de beaucoup d’éléments à prendre en compte. Cette expérience m’a clairement donné envie de refaire du circuit ! C’est super grisant… »

Romain Thomas : « Cette rencontre avec Yves et les autres skippers a été extrêmement enrichissante. En plus, ils ont la chance de connaître tout de leur engin (voiles, gréement, moteur, électronique) ils sont encore plus partie prenante dans le mécanisme de performance de leur bateau que nous avec nos voitures. C’était passionnant. Et ils nous ont accueillis avec énormément de gentillesse : ce sont des personnages investis, remplis d’histoires et de sincérité. Je suis mille fois partant pour embarquer à nouveau, sur une petite course ! »
Pour en savoir plus

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire