Réaction à la clôture de la COP 21

Intervention de Ronan Dantec, porte-parole climat de CGLU, au nom des
LGMA (Gouvernements locaux et autorités municipales) en clôture de la
COP21

Roland Dantec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
> Samedi 12 décembre 2015 au Bourget
>
>
> M. le Président de la COP,
> Mesdames et Messieurs les délégués,
>
>
> Je voudrais tout d’abord, M. le Président de la COP, cher Laurent
Fabius, vous remercier sincèrement pour votre engagement pour la
réussite de cette COP21, et pour avoir constamment associé les acteurs
non-étatiques, et en premier lieu les gouvernements locaux, à ce long
processus. Mais je sais que vous n’êtes pas à convaincre sur le fait
que, sans l’action concrète des villes, des régions, des
entreprises, ou des associations, nous n’avons aucune chance de
stabiliser la montée des températures sous les 1,5 degrés Celsius.
>
> Les réseaux mondiaux de gouvernements locaux et subnationaux
accueillent très favorablement l’accord de Paris, notamment parce
qu’au-delà des objectifs ambitieux présents dans cet accord, nous
nous félicitons de la présence de chapitres très opérationnels pour
renforcer l’action sans tarder, par exemple pour la période
2015-2020, avec des dispositifs d’expertise et d’échange auxquels
nous collaborerons activement.
>
> Nous avons aussi noté avec intérêt la volonté forte et commune
exprimée hier soir par les trois ministres péruvien, français et
marocain – Manuel Pulgar Vidal, Ségolène Royal et Hakima El Haité
– de renforcer le Lima-Paris Action Agenda, vitrine de notre
détermination commune, lieu précieux d’échange entre les Parties et
les acteurs non-étatiques.
>
> Nous soutenons l’inscription dans le Préambule d’une référence
claire aux Objectifs de Développement Durable, adoptés à New York en
septembre dernier, tant nous sommes convaincus qu’au final les
impératifs, les agendas du climat et du développement ne sont qu’un
seul et même agenda, une seule et même obligation collective de la
communauté internationale. Ainsi, si                   nous nous
réjouissons de l’inscription claire des 100 milliards de dollars pour
les pays en développement dans l’accord de Paris, nous redisons la
nécessité de travailler ensemble les mécanismes permettant
l’investissement réel de ces financements dans les territoires des
pays en développement. Nous le redisons, sans approche territoriale,
nous ne tiendrons aucun des objectifs que la communauté internationale
se fixe ce soir, sur l’adaptation comme sur l’atténuation.
>
> M. le Président, intervenant lors de la session d’ouverture, je
m’exclamais “Trouvez l’accord, nous ferons le travail”. Ce soir,
vous avez trouvé l’accord et donc, dès demain, c’est notre
engagement, nous nous investirons dans l’action. “You have found the
deal, now we have to do the job”.
>
>
>

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire