Retour à Toulon du Charles-de-Gaulle suite à une avarie mineure

Il y a une semaine, le porte-avions Charles de Gaulle appareillait pour  une mission dans l’océan indien.

Ce fleuron de la marine nationale, dont c’était le premier départ en mission depuis 2 ans a dû faire  demi-tour en raison d’un problème mineur et regagné Toulon son port d’attache pour une réparation qui était impossible en mer.

Les travaux ne devraient durer que 3 ou 4 jours

Selon le porte parole de Marine  « Il s’agit d’un défaut d’isolement dans une armoire électrique qui commande des soupapes au niveau de la propulsion. C’est un défaut mineur », a dit un porte-parole de la Marine.

La mission prévue est de quatre mois . Le porte-avions avait appareillé avec à son bord  le groupe aéronaval français (GAN) composé du Charles-de-Gaulle, de la frégate anti-sous-marine Tourville, de la frégate de défense aérienne Forbin, du pétrolier ravitailleur Meuse et du sous-marin nucléaire d’attaque Améthyste, doit participer à différentes activités dans l’océan Indien, parmi lesquelles des manoeuvres avec l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et l’Inde.

Le déploiement prévoit également une période de six semaines au large du Pakistan, durant laquelle les avions du groupe aérien embarqué, 10 Rafale Marine, 12 Super Etendard Modernisés et deux Hawkeye, participeront à l’opération Pamir, aux côtés de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan.

* Partager sur del.icio.us

* Partager sur Google

* Partager sur Wikio

Les essais de catapultages se sont bien passés, tout « roulait » lorsqu’un défaut d’isolation du groupe propulseur s’est révélé obligeant le pacha à faire demi-tour. La réparation ne devrait pas prendre plus d’une semaine mais l’incident reste « désagréable », le porte-avions venant de terminer une interminable mission de … maintenance. C’est un aléa pas très grave si on dispose de plusieurs PA (à partir de 2 on pourrait dire « plusieurs ») mais lorsque la pièce est unique ça fait un peu désordre.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire