Seafrance toujours dans l’impasse

Le plan de l’État a été rejeté par les salariés.
Malgré les déclarations du Président de la République Nicolas Sarkosy, aucune solution n’a été trouvée.

Ferry Seafrance Le gouvernement demande un business plan pour la Scop

Le gouvernement a demandé aux représentants du projet de coopérative ouvrière (Scop) pour SeaFrance de fournir pour vendredi soir un « business plan », alors que les salariés font un nouvel appel  au président de la République.

« Nous attendons le business plan de l’équipe qui doit porter la coopérative ouvrière », a déclaré jeudi Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’Ecologie et des Transports,à la suite d’une réunion avec les différents acteurs du dossier SeaFrance (Etat, SNCF, représentants de la Scop)visant à trouver une solution pour sauver cette filiale de la SNCF, compagnie de ferries transmanche, en liquidation judiciaire depuis mi-novembre.

Le gouvernement avait demandé en début de semaine à la SNCF d’apporter son aide au projet de la Scop par le versement d’indemnités exceptionnelles aux salariés afin de leur permettre de les réinjecter dans la coopérative.
Cette proposition a été rejetée par les salariés car elle a été jugée irréalisable.

Didier Cappelle, secrétaire général CFDT du syndicat maritime Nord :
 » Nous allons refaire d’ici demain soir un appel au président. Ils veulent liquider l’entreprise, démolir l’entreprise, et il faudrait la rebâtir »

« .. On est quand même en droit de se poser la question de savoir si la volonté de sauver les emplois est réelle des deux côtés », a indiqué de son côté le ministre en charge des Transports Thierry Mariani.

Il manque 50 millions d’euros,les syndicats demandent un prêt sur 5 mois, ce qui ne semble pas possible aurait répondu le ministre des Transports Thierry Mariani.
Le dossier de la Scop doit être rendu vendredi soir, avant une audience lundi devant le tribunal de commerce de Paris.

Seafrance emploie 880 salariés en CDI, et ce projet est la seule offre de reprise déposée, et défendue par le syndicat CFDT.

Source : http://www.lexpress.fr

 

 

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Une réponse à Seafrance toujours dans l’impasse

    1. Patricia-M. Colmant dit :

      Depuis 2008, les pertes de la compagnie SeaFrance se sont inexorablement accumulées au même rythme que les grèves à répétition lancées à l’initiative du syndicat majoritaire CFDT dirigé par deux syndicalistes, Didier Capelle, retraité de SeaFrance depuis 2006 et Eric Vecoutre qui lui a succédé à la tête du CE. Pour Didier Capelle, la lutte syndicale à SeaFrance c’est toute sa vie. Jour après jour il passe tout son temps dans le petit local syndical CFDT près du port et étudie, depuis des années,toutes les possibilités de remettre en cause le bon fonctionnement de cette liaison maritime qui appartient à la SNCF sous couvert de défense des salariés. Sous sa férule, toutes les solutions de reprises proposées par Louis Dreyfus Armateurs ou Brittany Ferries ont été rejetées par la CFDT. Sans appel, LDA un exploiteur, Brittany Ferries « une coopérative de paysans ». Bref pour Didier Capelle et son fidèle bras droit Vecoutre Seafrance ne devait en aucun cas trouver une solution qui aurait sauvegarder une partie des emplois car l’un et l’autre alors se seraient retrouvés au chômage. Plus de lutte, plus de boulot et à la clé des journées desoeuvrées qu’on passe devant la télé. Ces deux lutteurs façon grand soir n’ont rien à perdre puisqu’ils sont à la retraite, mais sans lutte, ce sera à leur tour d’être au chômage. Le vrai mystère réside dans leur durée. Pourquoi les salariés ne se sont pas rendus compte qu’ils étaient à ce point manipulés? Un rapport confidentiel de la Cour des Comptes semblent enfin lever le voile du scandale de la CFDT à SeaFrance: c’est elle qui contrôle toutes les embauches.
      Il est évident que dans cette affaire, la SNCF et son PDG Guillaume Pépy ont laissé depuis des années cette compagnie mourir à petit feu, alors que SeaFrance et ses liaisons Calais Douvres étaient positionnées sur un marché solide: 40% des produits consommés au Royaume-Uni passent par le Calaisis.

    Laisser un commentaire