Si vous voyez des eaux de mer colorées : appelez Phénomer

Parfois les microalgues marines peuvent proliférer de façon exceptionnelle et donner à la mer une coloration rouge, verte ou brune, comme actuellement à Batz-sur-Mer en Loire-Atlantique. Ces phénomènes d’eaux colorées deviennent plus fréquents lorsque les températures et l’ensoleillement augmentent, cependant les facteurs responsables des efflorescences de phytoplancton restent encore mal connus.
En 2013, l’Ifremer et ses partenaires scientifiques et associatifs
 ont donc mis au point un programme de sciences participatives qui invite les citoyens à faire connaître leurs observations.
Destiné à mieux comprendre les efflorescences de phytoplancton («
 bloom » en anglais), le programme se poursuit en 2014 en Bretagne et en Loire-Atlantique.

phenomercpfinal1.003
Photo : Observation d’une eau colorée due à la  présence de l’organisme planctoniqueNoctiluca scintillans, au large de l’Ile d’Yeu, le 24 juillet 2013 © Maxence Loridan

Etre au bon endroit, au bon moment !

Les efflorescences de phytoplancton bloom » en anglais) sont mal connues. Ce phénomène présent dans toutes les mers du globe sont concernées par les efflorescences de phytoplancton.
Ce phénomène, encore mal compris
, peut provoquer certaines desnuisances en zone littorale pour les activités économiques, pour l’environnement ou la santé :
couleur
 de l’eau peu engageante, toxicité pour les animaux, perte de biodiversité liée à l’eutrophisation.
De nombreuses observations concourent à constater que leur fréquence augmente depuis quelques années. De part leur nature imprévisible et leur courte duréeles blooms sont difficiles à étudier par les réseaux de surveillance dédiés aux microalgues ou par des programmes de recherche classiques car ils sont imprévisibles et de courte durée.
En revanche, eEn faisant participer les citoyens, on augmente considérablement la probabilité d’être au bon endroit au bon moment, et donc de repérer un tel phénomène.

Le programme de sciences participatives Phenomer a été lancé en 2013 à l’échelle de la Bretagne.
Coordonné par l’Ifremer, il propose aux citoyens de signaler toute observation d’apparence inhabituelle de l’eau de mer pouvant être due à une
 prolifération de microalgues (eaux colorées, mousses abondantes, mortalité massive d’espèces animales).

Comment participer ?
peut appeler le standard Phenomer ou remplir un formulaire en ligne sur le site www.phenomer.org.
même.
L’analyse de l’échantillon permet ensuite de déterminer s’il s’agit effectivement d’un bloom de microalgues, d’identifier l’espèce associée et d’en déterminer l’abondance (nombre de microalgues de telle espèce, par litre d’eau de mer.
Phenomer s’étend à la Loire-Atlantique
Cette saison, Phenomer conserve sa zone pilote, la Bretagne, et ouvre ses frontières à la Loire-Atlantique, où des eaux colorées ont été observées durant l’été 2013.

Trois types de blooms identifiés en 2013 grâce à Phenomer
De mars à octobre 2013, le standard Phenomer a reçu 40 signalements.
Parmi eux, 15 cas ont été associés à des blooms de phytoplancton qui se sont manifestés en juillet et août sur les côtes de Bretagne sud.
Trois espèces de microalgues ont été identifiées dans le cadre de Phenomer comme espèce principale responsable d’une eau colorée.
A titre d’exemple, huit eaux colorées orange-rouge observées du 15 au 26 juillet entre Concarneau et l’Ile d’Yeu ont été attribuées à l’espèce Noctiluca scintillans. Même s’il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que ces huit observations correspondent à un seul et même bloom de grande ampleur, ces résultats montrent la plus-value scientifique du projet Phenomer : identifier un même phénomène d’eau colorée sur une grande échelle spatiale et une courte échelle temporelle.Phenomer s’étend à la Loire-Atlantique et associe d’autres données scientifiques en 2014

Deux nouvelles observations pour lancer la saison Phenomer 2014
En 2014, deux observations Phenomer d’eaux colorées brunes ont eu lieu le 26 mai et le 14 juin, respectivement aux alentours de l’Ile Vierge et de Crozon. Les analyses ont permis d’identifier les espèces principales de ces blooms :Guinardia delicatula et Neoceratium kofoidi. Ces deux espèces n’avaient pas encore été identifiées dans le cadre de Phenomer.

Parution de la première lettre d’information du programme Phenomer
En 2014, Phenomer lance une lettre d’information dédiée à l’actualité du projet et à ses  résultats scientifiques. Le support vise aussi à mieux faire connaître le phytoplancton. Le premier numéro (juillet 2014), présente les résultats associés aux observations citoyennes de 2013 et les grandes lignes du programme pour 2014.

Pour en savoir plus :
Site web du projet Phenomer :
www.phenomer.org

 

 

 

 

Phenomer s’étend à la Loire-Atlantique

Cette saison, Phenomer conserve sa zone pilote, la Bretagne, et ouvre ses frontières à la Loire-Atlantique, où des eaux colorées ont été observées durant l’été 2013. 

Trois types de blooms identifiés en 2013 grâce à Phenomer

De mars à octobre 2013, le standard Phenomer a reçu 40 signalements.
Parmi eux, 15 cas ont été associés à des blooms de phytoplancton qui se sont manifestés en juillet et août sur les côtes de Bretagne sud.
Trois espèces de microalgues ont été identifiées dans le cadre de Phenomer comme espèce principale responsable d’une eau colorée.

A titre d’exemple, huit eaux colorées orange-rouge observées du 15 au 26 juillet entre Concarneau et l’Ile d’Yeu ont été attribuées à l’espèce Noctiluca scintillans. Même s’il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que ces huit observations correspondent à un seul et même bloom de grande ampleur, ces résultats montrent la plus-value scientifique du projet Phenomer : identifier un même phénomène d’eau colorée sur une grande échelle spatiale et une courte échelle temporelle.Phenomer s’étend à la Loire-Atlantique et associe d’autres données scientifiques en 2014

Deux nouvelles observations pour lancer la saison Phenomer 2014
En 2014, deux observations Phenomer d’eaux colorées brunes ont eu lieu le 26 mai et le 14 juin, respectivement aux alentours de l’Ile Vierge et de Crozon. Les analyses ont permis d’identifier les espèces principales de ces blooms :Guinardia delicatula et Neoceratium kofoidi. Ces deux espèces n’avaient pas encore été identifiées dans le cadre de Phenomer.

Parution de la première lettre d’information du programme Phenomer

En 2014, Phenomer lance une lettre d’information dédiée à l’actualité du projet et à ses  résultats scientifiques. Le support vise aussi à mieux faire connaître le phytoplancton. Le premier numéro (juillet 2014), présente les résultats associés aux observations citoyennes de 2013 et les grandes lignes du programme pour 2014.


Pour en savoir plus
 :

Site web du projet Phenomer :

www.phenomer.org

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire