Sol et mer : du ciel à la planète pour mieux comprendre la vie sur terre.

La mission SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity) mesure la salinité de l’océan et l’humidité des sols.
Inauguré le 15 octobre à Brest, le Centre Aval de Traitement des Données SMOS analyse ces données essentielles pour la compréhension du cycle de l’eau et de l’évolution du climat.
SOLEIL DU CIEL

Le cycle de l’eau, à travers les terres émergées,l’atmosphère et les océans, est essentiel pour la vie sur Terre. Pourtant, ses liens avec la circulation océanique et le climat sont encore mal compris. La mission satellite SMOS, proposée parle CESBIO (Centre d’études spatiales de la biosphère) et conduite par l’ESA (Agence spatiale européenne), le CNES (Centre national d’études spatiales)et le CDTI (Espagne) a été lancée le  2 novembre 2009 dans le cadre du programme « Earth explorer ».

Elle se fonde sur un nouveau concept de radiomètre micro-onde pour l’observation de la Terre qui permet de fournir, pour la première fois, des observations satellite de l’humidité superficielle des terres émergées et de la salinité de surface des océans. Ces deux variables, difficiles à quantifier précisément à l’échelle de la planète à l’aide de mesures in situ, sont cependant des paramètres géophysiques clés pour améliorer la compréhension du cycle global de l’eau et de l’évolution du climat.

Les missions satellites Aquarius/ Sac-D et SMAP de la NASA, espérées entre 2011 et 2014, viendront bientôt compléter ce dispositif d’observation par satellite.

L’ESA a assuré le développement d’un centre de traitement des données SMOS : le DPGS (Data ProcessingGround Segment) localisé à Villafranca en Espagne, qui est chargé d’acquérir,de  traiter, d’archiver et de diffuser les mesures brutes de l’instrument ainsi qu’une première estimation (dite de niveau 2) de l’humidité des sols et de la salinité de surface à partir de la mesure du capteur.

Dès le début du projet, le CNES et la communauté scientifique ont estimé nécessaire de prévoir des traitements plus évolués, un centre dédié a donc été développé qui est le CATDS (Centre Aval de Traitement des Données SMOS).

SOL ET MER

Mis au point dans le cadre d’un partenariat stratégique entre le CNES et l’Ifremer, le CATDS est un programmequi permettra d’obtenir des produits plus élaborés d’humidité des sols et de la salinité à la surface des océans, à partir des mesures SMOS seules (agrégation spatiale et temporelle), mais aussi en combinant les données issues de différents capteurs (in situ et satellites).

Le CATDS assure leur production et leur diffusion à la communauté utilisatrice.

L’Ifremer est intervenu dans ce projet en assistance à la maîtrise d’ouvrage dirigée par le CNES.

Le CATDS est dirigé à l’Ifremer par NicolasReul  dont l’arrivée au Laboratoire d’Océanographie Spatiale en 2000 a marqué le début des activités de recherche et développement sur la télédétection de la salinité de surface des océans par l’institut.
Parallèlement au développement conceptuel et technique du satellite  de nombreuses études préliminaires ont été conduites pour définir des méthodes de restitution de la salinité à partir des mesures spatiales du radiomètre.

Ces travaux se sont notamment réalisés en collaboration avec les équipes françaises du laboratoire LOCEAN et des sociétés ACRI-ST, CLS, et les équipes espagnoles de l’Université Polytechnique de Catalogne et de l’Institutdes Sciences de la Mer.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire