St Barth – Port-la-Forêt : Morgan dans le bon wagon

Morgan Lagravière est dans le rythme depuis le coup d’envoi de la Transat St Barth – Port-la-Forêt, dimanche dernier. Troisième, derrière Sébastien Josse et Paul Meilhat, le skipper de Safran, pour sa première course en solitaire en IMOCA 60, navigue avec intelligence pour garder son cap : terminer l’épreuve et décrocher au passage sa qualification pour le Vendée Globe. Si les conditions ont été globalement maniables depuis le départ, la situation va se corser avec l’arrivée d’une dépression très creuse…
SAF2014_0140573

Seul sur son bateau, Morgan Lagravière est un homme heureux. « Je prends beaucoup de plaisir ! Je navigue proprement, en adoptant des bonnes trajectoires et en faisant des choix de voiles cohérents, se réjouit-il. Cette course est intéressante car nous rencontrons des conditions météo variées et nous naviguons à toutes les allures. Il y a beaucoup de manoeuvres, de changements de voiles, j’ai passé toute la garde-robe en revue. La gestion du sommeil n’est pas simple mais cette expérience constitue un excellent entraînement dans la perspective du Vendée Globe. Je me sens à l’aise sur le bateau, en confiance. Je commence aussi à trouver les leviers de la performance. 

« Ne pas se tromper d’objectif »

Depuis cinq jours, Morgan suit consciencieusement la ligne directrice qu’il s’est fixée avant le départ qui est de naviguer avec prudence pour garder un bateau en bon état. « « Je navigue un peu sur la retenue car il ne faut pas se tromper d’objectif. La priorité est de terminer, je ne dois pas me faire piéger par le jeu de la compétition. Je suis méticuleux, je prends le temps de bien faire les choses », confirme le jeune skipper qui découvre le mode solitaire à bord de l’Imoca Adopteunskipper.net, loué pour cette transat. Bien calé sur cette troisième position, derrière Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) et Paul Meilhat (SMA), il garde les quatre autres concurrents à bonne distance de son tableau arrière. Tout va bien à bord et le principal bricolage s’est fait en cuisine. « J’ai oublié ma casserole avant de partir. Pour faire cuire mes plats, j’ai donc dû trafiquer ma bouilloire à la scie à métaux ! », raconte-t-il. Côté vestimentaire, Morgan a troqué le t-shirt contre la polaire. « L’ambiance se refroidit et s’humidifie. Le ciré c’est pour bientôt ! »

Dans le dur

En effet, si les conditions ont été plutôt maniables jusqu’à présent (Morgan a relevé des pointes de vent de 26-27 noeuds), la situation va sérieusement se compliquer dans les jours à venir. « Je vais entrer dans le système d’une dépression en fin de nuit prochaine. A mesure que j’avancerai avec cette dépression, le vent va se renforcer. Dans deux ou trois jours, au niveau des Açores, je ferai face à des vents de plus de 40 noeuds. Ce sera une première pour moi en solitaire sur ce type de bateau. Je vais rentrer dans le dur. » C’est pour bien se positionner par rapport à cette dépression que Morgan s’est légèrement recalé vers le Sud, par rapport aux deux concurrents qui le devancent au classement. Le jeune navigateur va profiter de ce vendredi pour se reposer et aborder la suite des événements avec lucidité. Et il a bien raison car cette deuxième partie de course s’annonce plus musclée et plus engagée. Mais c’est bien ça que Morgan était venu chercher.

Classement de la Transat Saint-Barth / Port-la-Forêt vendredi 11 décembre à 11h

1. Sébastien Josse (Edmond de Rothschild), à 1883.3 milles de l’arrivée

2. Paul Meilhat (SMA), à 61.8 milles du leader

3. Morgan Lagravière (Safran), à 174.8 milles

4. Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord), à 327.1 milles

5. Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut), à 484.8 milles

6. Éric Holden (O Canada), à 564.4 milles

7. Enda O’Coineen (Kilcullen Voyager), à 614.4 milles

– See more at: http://www.safran-sailingteam.com/fr/media/20151211_st-barth-port-la-foret-morgan-dans-le-bon-wagon#sthash.U138Wi2W.dpuf

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire