Thierry Chabagny et les 37 autres solitaires partiront à l’attaque de la première étape entre Deauville-Plymouth.

Celle-ci s’annonce complexe, car jalonnée de pièges côtiers et disputée dans du vent plutôt faible.

La situation météo s’annonce complexe pour cette première étape dont le tracé prévoit trois traversées de Manche et 180 milles sous les côtes anglaises. Comme l’explique le skipper de Gedimat : « En fait, nous ne sommes pas sous l’influence des mêmes grands phénomènes qu’en Atlantique. Pour résumer, on sait qu’il y a du vent de sud-ouest modéré à aller chercher, mais il n’existe que dans l’ouest du tracé de cette étape. Toute la première partie se fera dans du vent faible de nord-est. Nous allons avoir encore des briefings aujourd’hui samedi et étudier les dernières cartes et les fichiers de vent. Ce que je retiens est que deux zones paraissent plus critiques : la longue portion sous les côtes anglaises avec les effets de courants et de sites, mais aussi plus tard la proximité de la bouée
Astan devant Roscoff… car à priori il n’y aura pas de vent à la côte quand on arrivera là-bas. Cette marque de Roscoff ne sera donc peut-être pas simple à aller chercher. Personne ne pourra s’estimer tiré d’affaire avant la toute dernière traversée de Manche, si le parcours est maintenu en l’état d’ailleurs car pour le moment certains routages nous donnent jusqu’à quatre nuits en mer et une arrivée jeudi à Plymouth. »

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire