Transat Jacques Vabre : plus d’énergie à bord mais Bureau Vallée continue

 

Depuis le mercredi 28 octobre au matin, Bureau Vallée souffre de problèmes de gestion de l’énergie à bord. 
Tout d’abord un problème de démarreur moteur a contraint Louis et Romain à se passer de lui pour faire charger les batteries du bord. Solutionnée une première fois, la panne s’est à nouveau déclarée jeudi 29 au matin, et n’a pas été résolue depuis. Les 2 skippers comptaient donc sur leurs hydrogénérateurs pour recharger les batteries de Bureau Vallée. 
Louis Burton - IMOCA - Bureau Vallée

Louis Burton – IMOCA – Bureau Vallée photo S.Maillard

Ce matin, un composant d’un des hydrogénérateurs a pris feu créant un début d’incendie dans le compartiment central arrière du bateau. Le feu a été maitrisé très rapidement et le compartiment sécurisé. Les 2 skippers ne sont pas blessés et ils vont bien.

 L’énergie est un point vital à bord des IMOCA, non seulement pour toute l’électronique et le pilote automatique, mais également pour faire fonctionner le dessalinisateur pour l’eau et le vérin permettant de faire basculer la quille.

Compte tenu des réserves d’eau en bouteilles, et de l’énergie restante à bord, Louis et Romain, en accord avec leur équipe et la direction de course ont décidé de continuer la course « à l’ancienne ». L’énergie restante sera uniquement consacrée au basculement de la quille.
Nos 2 skippers auront donc à barrer en permanence, la prise d’infos météo sera restreinte et la navigation se fera via les cartes papiers embarquées à bord. En conséquence, Louis et Romain ne pourront plus jouer le classement tant qu’une source d’énergie fiable ne sera pas rétablie à bord.

 Dans un dernier message, Louis nous confiait : « Nous avons envisagé à un moment de faire un pit stop à Madère, voire d’abandonner. Mais bon, il faut positiver. Je me dis que ce genre de situation est un bon entrainement en vue du Vendée Globe où je n’aurais pas le droit de m’arrêter en cas de problème similaire. On va tout faire pour réussir à réparer en course. Et puis, même si ça va être dur de continuer à jouer le classement, on s’est dit avec Romain que l’on se devait de continuer à faire le maximum, ne serait-ce que pour remercier Bureau Vallée, nos sponsors, et notre équipe pour leur implication et leur fidélité à mes côtés. » 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire