Transat Jacques Vabre: départ confirmé ce jeudi 7 novembre à 13H; cap sur Brésil !

Les quatre classes de bateaux : Multi50, Mod70, Imoca60 et Class40 vont pouvoir profiter de la fenêtre météo qui va permettre aux Multi50 de sortir de la Manche avant la dépression annoncée à la pointe Bretagne samedi prochain.
Toutefois, en fonction de l’évolution de cette dépression, la direction de course se réserve la possibilité de demander aux flottes Class40 et Multi50 de s’abriter dans le port finistérien de Roscoff. « Une bonne décision » témoignent en coeur Yves le Blevec et Kito de Pavant.

Actual--Photo-Th-Martinez

Le point météo qu’on fait Yves le Blevec et Kito de Pavant avec leur routeur Christian Dumard, montrait que la situation se présentait plutôt bien pour sortir de la Manche :
il faudra tirer des bords, mais les conditions de vent et de mer sont maniables. Puis le vent doit se renforcer à la pointe de la Bretagne, vendredi 8 dans la journée, au moment où la flotte des Multi50 sera sortie de la Manche. Un grand bord avec un vent de travers permettra ensuite de traverser le golfe de Gascogne jusqu’au Cap Finisterre

Yves le Blevec : « Des variations peuvent encore renforcer la dépression qui s’annonce samedi prochain, avec du vent fort jusqu’à 40 noeuds. Face à ce risque d’aggravation du système météo, la direction de course envisage une neutralisation à Roscoff. Elle nous fera part de sa position demain jeudi, en fonction des dernières données météo. Plus on approche de l’échéance d’un système météo, plus l’anayse peut être précise et juste. Je trouve que c’est une décision raisonnable. La mer sera forte, nos trimarans peuvent passer moins bien que des monocoques Imoca (taillés pour un tour du monde ndlr). Et si tout se passe bien .. Nous devrions être au Cap Vert en sept jours. Cela fait du bien de partir ! »

Kito de Pavant : « C’est bien de partir même s’il est un peu gênant de ne pas savoir où nous allons ! Nous avons tous regardé les fichiers météo et nous savons bien que la situation se gâte samedi prochain. Par-contre les modèles sont en désaccord sur la force du vent et la hauteur des vagues. Prévoir de mettre à l’abri une partie de la flotte est une sage décision. En attendant que cela soit décidé, ou pas, nous allons enfin naviguer. Demain matin, à la sortie du port, ce sera un peu pluvieux, puis l’on aura un vent d’ouest sud-ouest medium (10 à 15 noeuds) pour commencer. Ces conditions maniables vont nous permettre de bien régater. Et, si la direction de course décide de nous mettre à l’abri, c’est que les risques de naviguer dans le golfe de Gascogne seront importants. »

Bon vent à tous ces concurrents … la route est longue jusqu’au Brésil !

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire