Transat jacques Vabre : un Pot au Noir à éclaircir !!


« C’est peut-être l’issue de la Transat Jacques Vabre qui va se jouer ces trois prochains jours dans le Pot au Noir. » Armel Le Cléac’h et Erwan Tabarly, forts ce matin d’un petit matelas d’avance (35 milles) sur le tandem Vincent Riou-Sébastien Col (PRB), s’apprêtent à vivre un épisode qu’ils considèrent comme décisif dans le déroulement final de la course, la traversée de la Zone de Convergence Intertropical, mieux connue sous le nom de Pot au Noir. L’œil et l’esprit rivés sur leurs fichiers météo et attentifs au sort des Ultime qui les précèdent, les deux skippers de Banque Populaire VIII s’en remettent à leur instinct, à leur expérience du phénomène, et à l’indispensable paramètre chance pour négocier au mieux une zone dépourvue de toute logique. « Le Pot au Noir est particulièrement vaste en novembre, et le traverser sans encombre relève un peu de la loterie », souligne Armel.

Les yeux du bonheur d'Erwan Tabarly - envoie du bord ce 2 novembre

Les yeux du bonheur d’Erwan Tabarly – envoie du bord ce 2 novembre


Le plus rapide dans l’alizé
Le Mono Banque Populaire VIII, l’un des derniers voiliers mis à l’eau dans la perspective du Vendée Globe, était très attendu sur le terrain de la performance aux allures portantes et dites « de reaching », travers au vent dans l’alizé de nord-est. Il a, depuis sa belle négociation d’une troisième dépression au large des Açores, grandement démontré son formidable potentiel, en reprenant le leadership de la course, puis en se détachant de manière significative en tête de sa classe. 
« Nous sommes très contents du comportement du bateau », confirme Armel Le Cléac’h, qui ne fait pas mystères des quelques défauts de jeunesse d’un voilier mis à l’eau en juin dernier. « Le bateau, à l’instar de l’ensemble de la flotte, a été sévèrement chahuté et nous déplorons quelques bricoles à réparer. On s’y attèle tranquillement depuis que l’on glisse au portant. » 

Banque Populaire VIII respecte parfaitement le scenario idéal envisagé, et qui évoquait la possibilité de prendre dans l’alizé un certain avantage. Si le Pot au Noir peut tout à fait redistribuer les cartes, Armel et Erwan attendent aussi beaucoup du dernier tronçon de course sous le Brésil, lorsque l’alizé de sud-est leur imposera une allure au plus près du vent, réputée moins favorable à leur nouveau bateau. 
« Nous avons beaucoup travaillé ce secteur particulier », précise Armel, « ainsi que nos performances lors des entraînements de Port la Forêt en attestent. Nous allons particulièrement soigner ce secteur de jeu, et jouer notre chance jusqu’au bout. » Un Pot au Noir très vaste attend dès cette nuit la tête de la flotte Imoca. « On s’attend à vivre trois jours très pénibles… »

Porc à l’ananas et carbonara !

Armel Le Cléac’h et Erwan Tabarly ont aussi porté ces dernières 48 heures un soin particulier à conserver une certaine fraîcheur physique après cinq premiers jours éprouvants. L’alimentation, avec une intense dépense énergétique, est un moment primordial non seulement pour la récupération, mais aussi pour la convivialité du bord. 
« Si le petit déjeuner est en général avalé seul, nous tenons à prendre les autres repas, déjeuners et dîners, ensemble. Nous partageons ainsi toutes sortes de menus, soit sous vide soit en lyophilisé. C’est amusant, car Erwan et moi avons les mêmes goûts en matière de cuisine ! » 
Le porc à l’ananas et les pâtes carbonara ont ainsi reçu à ce jour tous les suffrages de l’équipage, agrémentés des derniers fruits frais. « On  devrait hélas terminer prochainement les derniers pamplemousses », soupire Armel.

Classement IMOCA à 16h

1 – Banque Populaire VIII (Armel Le Cléac’h – Erwan Tabarly)
2 – PRB (Vincent Riou – Sébastien Col)
3 – Queguiner – Leucemie Espoir (Yann Elies – Charlie Dalin)
4 – Le souffle du Nord (Thomas Ruyant – Adrien Hardy)
5 – 
Initiatives-Coeur (Tanguy de Lamotte – Samantha Davies)

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire