Un bateau prêt pour l’été pour des cabotages ou longues navigations en toute sécurité !

 Michaël Ferré, Responsable nautisme au Comptoir de la Mer rappelle aux plaisanciers comment être prêt à prendre la mer en toute sécurité.

logo Comptoir de la Mer Quels sont les travaux à réaliser et les préparations à effectuer ?

Un nettoyage de fond en comble du bateau est l’occasion d’en contrôler l’état général

A chaque printemps, il est coutume de réaliser un grand ménage de son domicile. De la même façon, le navigateur nettoie assidument son bateau. Il s’attache donc à rendre l’intérieur du bateau (cabine, cale et pont) propre à tout usage et l’extérieur opérationnel, à savoir la coque.
Ce nettoyage, primordial, permet d’inspecter dans le détail l’embarcation pour s’assurer qu’il est sain, qu’aucun impact n’a entamé la coque, et que les risques d’absence d’étanchéité sont évacués.

Ces contrôles sont également l’occasion de vérifier que la rouille n’a pas profité de l’hiver pour se déposer ou encore que l’eau ne s’infiltre nulle part. Ce n’est en effet pas en mer qu’il faudra se poser cette question. Les conséquences seraient désastreuses !

Si une simple éraflure de la coque est identifiée, le propriétaire dispose de solutions pour pallier lui-même au problème. En revanche, pour le vrai « trou » constaté dans la coque, le recours à un professionnel est dans ce cas conseillé.

 Vérifier et préparer son moteur, ça limite les problèmes 

A l’arrivée des beaux jours, il est essentiel de vérifier l’état de fonctionnement du moteur. Filtres (à huile, à essence) et bougies sont des points élémentaires, néanmoins cruciaux. Bien évidemment, le propriétaire du bateau peut effectuer ces contrôles lui-même. Toutefois, de plus en plus de moteurs sont à 4 temps, affublés d’une électronique embarquée. A moins d’être extrêmement calé sur le sujet, les professionnels peuvent apporter leur conseil et assistance.

Et les voiles ?

La voilerie d’un bateau, dans son ensemble, demande naturellement un check-up complet avant tout départ en mer. On vérifie ainsi les voiles, les haubans et les cordages.

Préparer son équipement de sécurité, ça sert aussi à naviguer la conscience tranquille

La réglementation indique que la responsabilité sur un bateau revient au chef de bord. C’est lui qui décide du matériel à placer à bord, en fonction de la catégorie de son navire, et en fonction des endroits de navigation qu’il vise. Les conséquences d’un manquement à cette réglementation peuvent se traduire par de graves problèmes, tant matériels, que légaux, en passant par des conséquences plus dramatiques qui peuvent peser et menacer la vie des personnes embarquées.

Dans sa préparation avant l’été, il revient donc au propriétaire du bateau d’actualiser ses connaissances quant aux évolutions de la réglementation en matière de matériel embarqué. Pour donner un exemple, l’immatriculation ainsi que le nom de l’embarcation doivent désormais (et depuis 2012) figurer dans le cockpit. Les affaires maritimes sont habilitées à donner ce type de renseignements, tout comme les professionnels des coopératives maritimes COMPTOIR DE LA MER.

De la même façon, il faut garder à l’esprit que le matériel de sécurité doit être renouvelé : les extincteurs et fusées de détresse ont durée de validité. Il est important d’en vérifier la péremption pour éviter les mauvaises surprises à l’usage critique en pleine mer. La présence et le bon état des gilets de sauvetage et des pompes de cale sont également à vérifier.

Préparer son bateau avant la saison est essentiel mais rien ne vaut un entretien régulier tout au long de l’année :

Toute personne qui navigue régulièrement ou qui vient d’obtenir son permis bateau le sait: avant toute sortie en mer, des précautions particulières sont à prendre :

–       se renseigner sur l’endroit où l’on va naviguer

–       s’informer de la météo

–       avertir systématiquement des personnes restées à terre que l’on prend la mer

Enfin, le gilet de sauvetage doit être porté en permanence et par tous dès que l’on monte à bord. Il n’est pas question d’avoir à ouvrir un coffre ou à descendre dans la cale pour prendre ce type de matériel. Porté à même les navigants, il est plus efficace en cas de détresse. Les fusées et la VHF doivent également être très accessibles.

 

Navigateurs au près ou au large, bon vent à tous et soyez prudents !

 

 


    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.