Un joli mot en direct de la mer de Juliette Petres (Class40)

 

« Bonjour à tous,

Mais qu’est ce qu’on peut bien faire pendant 24h sur un bateau ?? Certains doivent se poser la question car, quand on regarde la cartographie depuis la terre, tout à l’air assez  paisible ! Vent d’Est régulier, y’a plus qu’à glisser quoi !

Et bien il y a de ça … mais c’est un peu plus complexe car le vent oscille entre 11 et 25 noeuds et sous grand spi, il faut gérer les surventes, prendre un ris, abattre pour ne pas se voir « partir au tas », et exploser son spi. Alors le jour, on voit bien arriver les grains mais la nuit c’est parfois un peu plus difficile. Donc je veille, installée sur mon pouf dans la descente devant mes écrans avec un bon bouquin de Catherine Chabaud pour me tenir compagnie. Elle raconte dans « Possibles rêves », son Vendée Globe 96-97. C’est la première femme à avoir accompli ce tour du monde en solitaire sans escale ni assistance. Elle y décrit le grand sud et ses albatros, c’est fascinant et aussi les nombreux déboires qui arrivent à ses concurrents.

Ce matin, il y a de l’air et mon bateau fait de beaux surfs sur la mer. C’est agréable de se voir bien avancer et dans la bonne direction !

Je regarde aussi où sont mes concurrents. Pas facile pour ceux qui sont dans le nord. Deux options ont l’air de prendre forme à l’avant : certains sont plus nord, d’autres plus au sud.. Et d’autres se regroupent en petit peloton : Halvard Malbire, Jean Christophe Caso, Pierre Yves Lautrou, Bertrand Delesne : ils discutent le coup à la VHF ou quoi! ? C’est très amusant de suivre chacun des skippers. Allez Antoine Michel ! Je suis contente qu’il continue la course et soit reparti des Canaries !

Bonne journée ! »

Juliette Petres _ Rhum_9303 GO Image

Juliette Petres – GO Image

Juliette, à bord d’Eau et Patrimoine

A ce jour 18ème de la course

Vétérinaire, Juliette Petres découvre la voile par hasard, à 26 ans, lors d’une croisière en Méditerranée. C’est la révélation, et il n’en faut pas plus pour que cette passionnée des animaux et d’équitation change radicalement le cours de sa vie. Une année plus tard, en 2009, cette Tourangelle quitte la campagne et vient s’installer à Vannes pour se rapprocher de la mer des bateaux, et multiplier les navigations. En juillet 2013, elle rencontre Bertrand de Broc, qui lors d’une sortie à bord de son 60 pieds de retour du Vendée Globe, lui souffle l’idée de se lancer dans l’aventure du Rhum. Convaincue, elle se met aussitôt en tête de s’aligner au départ. Un projet qu’elle porte depuis avec une farouche détermination et une belle énergie pour vivre à 100% cette grande première, à la découverte de la faune océanique et de ses propres ressources personnelles.


1 TALES 2 SANTANDER 
ALEX PELLA
20 15.54′ N 47 45.34′ W 12.2 230 880.1 0.00
2 SOLIDAIRES EN PELOTON 
THIBAUT VAUCHEL-CAMUS
19 31.62′ N 46 08.81′ W 12.2 273 960.2 80.16
3 OTIO – BASTIDE MEDICAL 
KITO DE PAVANT
20 23.70′ N 46 19.02′ W 10.2 228 960.7 80.66
4 LE CONSERVATEUR 
YANNICK BESTAVEN
20 16.52′ N 45 06.60′ W 10.5 280 1025.7 145.66



    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire