Un train de perturbations à franchir !

 » On va s’en prendre plein la gueule !  » dixit Hugues Destremau le co-skipper de PRB.

Alors que le départ de dimanche doit se faire dans des conditions presque idéales (vent de Sud Ouest de 15 – 20 nœuds), la suite de la Transat Jacques Vabre devrait rapidement se corser !
Une grosse perturbation située sur l’Atlantique Nord va contraindre les équipages à faire des choix d’importance tôt dans la course.

PRB Hugues Destremeau et Vincent Riou , Photo B.Sichelbault Dès lundi ou mardi, après avoir négocié un premier petit front en sortie de Manche, les duos devront choisir de contourner la dépression par le Nord ou le Sud.
Selon Vincent : « Aujourd’hui, les modèles météo s’accordent et ferment quasiment la porte à une route Sud. Le vent pourra atteindre 50 à 60 nœuds dans le Sud de cette dépression et la mer sera assez importante avec des vagues supérieures à 10 mètres! »

Si la situation se maintient, PRB progressera donc dès mardi bâbord amure vers le centre de la dépression. L’allure sera rapide et l’ambiance sera, elle, très humide !
Dans ces conditions, toutes les manœuvres seront importantes car mercredi, même sur une route Nord, le vent sera fort : 40 à 45 nœuds sont prévus sur les fichiers. Avant de se retrouver au portant dans du vent de Nord Ouest, la prudence sera donc de mise et il faudra bien juger du positionnement du curseur.
Mais cette grosse dépression qui anime depuis hier toutes les discussions sur les pontons n’effraie pas Vincent et Hugues. « On va s’en prendre plein la gueule » résume le co-skipper mais, comme Vincent, il sait que ce sont des conditions habituelles d’une dépression automnale. Et puis, cette météo et cette route Nord sont idéales pour un début de transat rapide où le reaching, allure favorable à PRB, aura une place de choix !

PRB EN NAVIGATION  @B.STICHELBAULT
Après une semaine de présence au Havre, les deux hommes comptent désormais les minutes qui les séparent du coup d’envoi dimanche. Ils occupent ces derniers instants et entrent peu à peu dans la course.

Manoeuvres à terre

Ce matin, Hugues et l’équipe technique de PRB ont hissé la Grand Voile, le solent et l’ORC.
Tension de latte, vérification de toutes les ficelles, de tous les amarrages… Tout a été passé au crible une dernière fois histoire d’éviter les mauvaises surprises dans la baston ! C’est probablement cette garde robe qui sera opérationnelle sur le début de course. « On ne sera pas plus toilé que ça » raconte Vincent, sourire en coin.
Le duo de PRB a aussi répété une méthode de prise de ris pour le long terme car au vu des conditions, le monocoque vendéen devrait naviguer rapidement avec la GV arrisée et pour plusieurs heures…  » C’est notre manière à nous de rentrer dans le vif du sujet. On sait exactement à quoi s’en tenir  » ajoute Hugues.
Vincent est lui aussi très serein. Il a déjà rencontré plus d’une fois les conditions annoncées. Son expérience sera précieuse. Pleinement en confiance dans son association avec Hugues, lui aussi sait pertinemment à quoi s’en tenir !
Et d’ajouter « Quoi qu’il en soit, cette dépression nous donnera des conditions inconfortables mais les allures proposées par rapport au vent et aux vagues peuvent être plutôt pas mal pour nous ! »

La prudence sera à l’ordre du jour
« Une grosse baston reste une grosse baston et est potentiellement dangereuse que ce soit face au vent, vent de travers ou au portant. On va s’en prendre plein la gueule ! On va moins régater, on va être plus prudent.  » confie Hugues Destremeau.

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire