Vendée Globe : Louis Burton abandonne

Après sa collision avec un chalutier au large du Portugal mercredi matin, Bureau Vallée avait mis le cap sur les Sables d’Olonne pour réparer et repasser la ligne de départ avant mardi 13 h 02. Ce retour était conditionné par le fait que Bureau Vallée reste « tribord amure », afin de ne pas solliciter le hauban babord, très endommagé lors de la collision. Les conditions météo ont mis à terre cette belle détermination et Louis a été contraint de rallier La Corogne et de signifier son abandon à la direction de course.

Retour aux Sables impossible
Motivé, tenace, encouragé et soutenu, Louis Burton était bien décidé à ne pas laisser filer son rêve de Vendée Globe, même si le mât de son Bureau Vallée menaçait de lui tomber sur la tête depuis sa collision avec un chalutier au large du Portugal dans la nuit de mardi à mercredi.
Après avoir lancé les routages en fonction des dernières prévisions météo fournies par les modèles GFS et CEP, Louis, qui cette nuit, se trouvait au large du Cap Finisterre, a décidé de mettre cap vers la Corogne afin de garantir l’intégrité du mât de Bureau Vallée.
La petite fenêtre météo qui s’était ouverte s’est donc refermée d’un coup. Tous les scénarios ont été envisagés par Louis et le Team Bureau Vallée (remorquage, mise en route du moteur) mais l’arrivée d’un vent fort de secteur Nord dans le golfe de Gascogne (20 à 25 nœuds) l’obligeant à passer bâbord amure, rend le retour aux Sables d’Olonne périlleux. Le hauban abîmé serait alors sous tension et le risque de démâtage réel.
C’est donc avec la plus grande tristesse que Louis déclare officiellement son abandon pour ce Vendée Globe 2012.

Situation au samedi 17 novembre à 21h UTC
A La Corogne ce matin
Louis et Bureau Vallée viennent d’arriver au port de La Corogne, où il a réussi à rentrer seul. L’équipe de Louis sera sur place dans la nuit de vendredi à samedi, ce déroutage n’étant initialement pas envisagé. Il va bien, et le mat de son Bureau Vallée est toujours à sa place.
Louis tient à remercier, en premier lieu, l’ensemble de ses partenaires, Bureau Vallée, Bic, Exacompta-Clairefontaine, Fellowes, le Groupe RATP, Biard déménagement ainsi que l’ensemble des partenaires techniques qui ont rendu ce projet possible. Sa gratitude va aussi à son équipe, aux bénévoles qui ont aidé le projet, à la direction de course et aux personnes qui l’ont soutenu, lui et son équipe, dans sa démarche de retour aux Sables d’Olonne. Les encouragements, les propositions d’aide ont motivé Louis jusqu’au bout et permis de garder un espoir de repartir.
Toute cette belle énergie n’est pas perdue, rendez-vous dans quatre ans !

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire