Vendée Globe : Safran aux avants postes

En guise de semaine d’adaptation pour Morgan Lagravière, c’est une régate effrénée qui a entrainé les skippers depuis le départ du Vendée Globe dimanche dernier. Au moment d’aborder le Pot au noir, le skipper de Safran, 29 ans, se livre sur ses impressions alors qu’il est actuellement sixième, et premier des bizuths.

L’objectif était d’emmener Safran aux avant-postes au moment de buter dans le Pot au noir, demain. Alors que les leaders vont commencer à ralentir, Morgan Lagravière ne cache pas son enthousiasme : « C’est du vrai bonheur ! Le contexte est génial on a l’impression d’être sur un rythme de transat ou de Solitaire du Figaro. Cela permet de rentrer dans la course très facilement en se comparant aux autres bateaux. Et comme c’est ma première course de ce type, je ne cesse d’essayer de progresser. J’ai encore une marge de progression plus conséquente que les autres, donc si je m’accroche et si je progresse tous les jours sur la connaissance du bateau, cela veut dire que j’en ai encore sous le pied et que je peux être meilleur que les autres. »

 

« J’étais en train de devenir fou ! »

Les premiers jours de course de Morgan ont été marqués par un déficit de sommeil problématique. Il ne parvenait pas à s’endormir : « Je n’y arrivais pas ! J’étais en train de devenir fou. Alors je me suis enfermé dans le bateau avec le casque et les boules Quiès. Je n’ai même pas mis de réveil. Il faut accepter de décrocher et de faire confiance à son bateau pour se reposer. Je me suis réveillé deux heures plus tard. En sortant dehors, je me suis cogné à la porte et je me suis fait une bonne blessure au crâne ! Heureusement que ça s’est colmaté rapidement. »

« Quand il se cabre sur le foil… »

Important motif de satisfaction pour Morgan, son monocoque dont il parle comme d’un véritable co-équipier : « Moi qui recherche des sensations, avec ce bateau-là, je ne suis pas déçu. Quand il se cabre sur le foil, c’est magnifique. Mon bateau ne cesse de me surprendre même si aujourd’hui on n’a pas encore eu les conditions très favorables aux foilers. On est au portant mais trop débridé pour appuyer sur le foil. La polyvalence du bateau est essentielle. Pour le moment on voit que PRB (Vincent Riou) est un bateau certainement plus polyvalent, que celui de Hugo Boss (Alex Thomson). Il faudra voir sur la totalité de la course. »

« Un sacré Pot ! »

Pour aborder un Pot au noir plus actif que prévu, dès demain, Morgan a sa petite idée : « C’est un sacré Pot ! Je ne vais pas prendre de risque, ce n’est pas à moi d’attaquer. Je vais analyser ce que font les copains. C’est le bon côté quand tu es derrière, et c’est presque un signe d’intelligence de se dire « on va voir ce que font les autres ». En fonction de ce que je verrai, j’ajusterai le point de passage. »

Le mot du coach Roland Jourdain : « On ne pouvait pas espérer mieux »

Roland Jourdain se réjouit de la situation : « Après une semaine de course, on ne pouvait pas espérer mieux ! Morgan a extrêmement bien géré la charge émotionnelle qu’il a eue au départ et l’adrénaline liée à la compétition. Il a su rester en pleine possession de ses moyens, très clairvoyant. »

A 12 h, Safran est en 6è position, à 160 milles au sud-ouest des îles du Cap Vert et à 96 milles du leader Alex Thomson (Hugo Boss).
Vent : 14 nds de nord-est. Vitesse : 16 nds

Pour visionner la dernière vidéo du VG cliquer ICI

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire