L’ « Aérosail » , le navire des airs de Stéphane Rousson, ou comment relancer le dirigeable

Rejoindre Nice à Calvi à bord de son nouvel engin, un « Aérosail », un genre de voilier des airs un hybride ballon dirigeable – voilier

C’est le nouveau défi lancé par Stéphane Rousson, aventurier des temps modernes, qui dit-il  » utilise le vent et la mer comme outil de propulsions ».
Ce Vol sera une première mondiale à la Française.

Aerosail-en-vol

Un nouvel exploit pour ce niçois qui n’en n »est pas à sa première expérience.
http://youtu.be/CNr36yBQmec

Après les fonds marins qu’il découvre à bord de « Scubster », sorte de sous-marin à pédales, il s’attaque maintenant à l’aérien à bord de cet « Aérosail » pour relier le continent à la Corse.

Prendre les airs comme on prend la mer  » « il faut s’imaginer un voilier. On utilise un « seaglider » , c’est-à-dire une dérive de bateau. Celle-ci est accrochée par un câble qui fait office de mât au ballon dirigeable qui sert de voile », détaille Stéphane.

Et c’est entre 10 et 30 mètres au-dessus de la mer que Stéphane dirigera son vol en jouant sur les cordages comme sur un voilier.

Aerosail

Cette première mondiale durerait entre dix à vingt heures sur une distance de 200 km et avec une vitesse qui peut atteindre 40 km/h.
« Je ne devrais pas naviguer plus de vingt heures car ce véhicule n’est pas adapté à la nuit »,

Stéphane Rousson, l’inventeur de ce projet, a aussi une formation de pilote de ligne.

Il espère effectuer sa traversée au mois d’octobre. Les premiers essais auront lieu en mai au large de Nice.

Pour « embarquer » sur cet engin de 18m de long, Stéphane avoue prendre des risques…car on ne connait pas encore tous les risques physiques. Il devra, dit-il, » bien gérer son hydratation » .

Pour la réalisation de cette aventure , le pilote sera suivi en mer par une dizaine de personnes.
Ils sont déjà une cinquantaine qui gravitent autour de ce projet, qui aura mis six ans avant de voir le jour.

Une nouvelle expérience à connotation d’exploration scientifique, à travers laquelle le navigateur Stéphane Rousson voudrait bien « montrer que [son Aérosail] est un outil performant, innovant et propre ».

Et « Si ça marche, des industriels pourront comprendre l’intérêt de la machine. A plus long terme, pourquoi pas développer une nouvelle façon de faire des croisières aériennes » ou encore « des programmes de recherche sur la surveillance maritime avec une application militaire peuvent être aussi lancés » relève Stéphane Rousson.
La relance de l’aventure du ballon dirigeable selon le rêve de Stéphane Rousson ne fait que commencer
Une idée qui mérite d’être suivie !

    Imprimer Commenter Partager

    Une réponse à L’ « Aérosail » , le navire des airs de Stéphane Rousson, ou comment relancer le dirigeable

    1. Timetraveler dit :

      Heureux de voir qu’une idée poétique puise éventuellement avoir des applications concrètes dans ce monde trop cartésien.

    Laisser un commentaire