Quel avenir pour les récifs coralliens ?

L’année 2011 est l’année des Outre-mer français, elle fait suite à 2010 qui a été celle de la biodiversité et qui a mis en exergue la diversité de la nature dont celle des récifs coralliens.

Mais ces derniers sont fortement menacés par le réchauffement climatique, la pression des activités humaines, et il est urgent de veiller à la bonne santé de ces récifs coralliens qui déjà ont perdu définitivement 20% de leur superficie.

A écouter l’ ITW de Michel Hignette, qui apporte des précisions sur la fragilité du corail.

Michel Hignette Directeur de l’Aquarium de la Porte Dorée à Paris

Les récifs coralliens n’occupent que 0,1% de la surface des océans et pourtant contiennent la plus grande diversité d’espèces de tous les écosystèmes marins .

Au delà de cette richesse en terme de biodiversité, les récifs coralliens ont une forte valeur patrimoniale et culturelle, et jouent un rôle essentiel en terme d’économie à travers divers types d’exploitation: pêche, perliculture,  aquaculture, médecine, et tourisme.
Coraux en Polynésie

La Communauté européenne en 20008 a publié un rapport selon lequel 60% des récifs coralliens risquent de disparaître en 2030. En cause les impacts de la pêche, de la pollution, de l’invasion d’espèces exogènes et de son environnement.

La France possède 10% des récifs coralliens mondiaux (4ème rang) et 20% des atolls du monde répartis au sein des huit collectivités d’outre-mer tropicale dans les trois océans de la planète.

Cette situation géographique impose à la France une responsabilité particulière.

Le ministère de l’écologie en la personne de Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre en charge de l’écologie, et de l’Outre-Mer, Madame Marie-Luce Penchard Ministre en charge de l’Outre-mer, ont souhaité tirer les enseignements de l’année de la biodiversité et aborder cette année des Outre-mer français à travers cette grande question «  Quel avenir pour les récifs coralliens ? »

2011 s’annonce comme l’année de la réconciliation entre la nature et l’économie. La France vient de lancer un plan quinquennale (2011-2015), et en tant que co-présidente cette année de l’InitativeInternationale pour les Récifs Coralliens, va mener un plan d’action dans la partie française, et accompagner les petites îles qui n’ont pas beaucoup de moyens mais qui avaient su faire pression lors des négociations dans la lutte contre le changement climatique en créant le groupe OASIS.

Nathalie Koziusko-Morizet, Ministre en charge de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement apporte des éléments de réponse aux moyens mis en œuvre pour la protection des récifs coralliens
Nathalie Kosiuscko-Morizet

Ont pu échanger à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue à l’Aquarium de la Porte Dorée à Paris, , des décideurs, scientifiques, gestionnaires, tous grands spécialistes de ce fragile secteur avec au cœur de ces débats:  la connaissance, la préservation et la mise en valeur des récifs coralliens pour lesquels il est important de collectivement se mobiliser.

Ainsi que Nicolas Bertholon Le ministre de la santé et de l’écologie en charge de l’environnement et de la prévention des risques sanitaires en Polynésie française, qui espère que des efforts seront faits pour sauver ces récifs coralliens.

Au cours de cette conférence Bernard Salvat a été décoré Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur .

Et selon ses mots : « Les récifs ne sont pas seuls au monde, il y a les courants, la mangrove et les hommes aussi »

Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet .

http://www.icriforum.org/ Initiatives Internationales pour les Récifs Coralliens
http://www.ifrecor.org/ Initiative Française sur les Récifs Coralliens

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire