Francis JOYON franchit le Cap de Bonne Espérance !!!

Une cadence infernale dans un environnement des plus hostiles
Une cadence dans les violentes conditions typiques du grand Sud qui étonne les observateurs les plus avertis. Au premier rang de ceux-ci, Christian Dumard, le conseiller météo à terre de Francis, qui ne masque pas ce matin son admiration : « On n’imagine pas ce que vit actuellement Francis sous ces latitudes ! Peut-être en observant les conditions actuelles à la pointe de Bretagne peut-on avoir une idée des conditions dans lesquelles Francis parvient à faire avancer à grande vitesse un maxi-multicoque! »

Le courant des Aiguilles face aux forts vents d’Ouest !
Le cap de Bonne Espérance, aux dires même de l’intéressé, « n’est jamais qu’une longitude sur la carte ! » Mais l’effort ne s’arrête nullement passée cette référence. A coups d’empannages savamment orchestrés, Joyon replace aujourd’hui son IDEC SPORT non seulement dans la bonne veine de vent, force et direction comprises, mais aussi en fonction de ce terrifiant courant des Aiguilles, descendu du Mozambique à 5 nœuds de vitesse et qui, affrontant les vents dominants d’Ouest, lève une mer épouvantable, d’où naissent parfois les tristement célèbres « vagues scélérates », ces masses d’eau monstrueuses venues de nulle part… Un exercice de haut vol donc, entre courant contraire, des vents de plus de trente nœuds et des creux de plus de 10 mètres en son Sud !

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.